Accueil » Randonnée vélo sur la voie verte Mauron Questembert

Randonnée vélo sur la voie verte Mauron Questembert

by Chinouk

Aujourd’hui, je vais vous présenter une « petite » rando vélo que j’ai effectuée en septembre dernier (je suis très en retard dans mes publications de billet).
Il y a très longtemps que cette randonnée me trottait dans la tête : allez rouler sur la fameuse voie verte Mauron Questembert (53 km) qui est réputée pour être l’une des plus belles voies vertes de Bretagne. Le problème, c’est que celle-ci se situe à une vingtaine de kilomètres de chez moi (donc 40 A/R) juste pour prendre le départ.
Je me suis donc tracé un circuit vélo en boucle qui me permettrait de la rejoindre et de revenir par un réseau de petites routes de campagne et de véloroute . Ce tracé fait 70 km, gloup !

Ayant pour projet de partir rouler sur la vélodyssée (partie française de l’EuroVelo 1) jusque Biarritz, j’ai saisi cette occasion de sortie longue à la journée pour équiper mon vélo de mes toutes nouvelles sacoches arrière que j’ai chargées de mon pique-nique, de bouteilles d’eau et de quelques affaires inutiles, mais qui ferait du poids dans mes sacoches vélo pour avoir une première vision de ce que c’est de rouler avec des bagages. J’ai installé aussi ma sacoche de guidon  que j’ai rempli de mon appareil photo reflex, d’une carte routière, de ma tablette (pour la portion de carte qui me manquait) et de mon téléphone.



Fin septembre lors d’une journée assez clémente malgré le temps gris, j’ai sauté le pas et suis partie pour ces 70 km ! Avec une petite appréhension tout de même, car il y a bien longtemps que je n’ai pas fait de sortie aussi longue — la seule fois d’ailleurs (90 km) a été quand j’ai fait Rennes — Dinan par la vilaine et la Rance — , je ne savais pas ce que rouler avec des sacoches allait donner. Mais tout ce que je peux dire c’est que j’étais ultra motivée !

Sur la voie verte de Bretagne Mauron questembert

Mon itinéraire : Plélan le Grand – Mauron – Ploërmel – Guer

voie verte bretagne

circuit vélo bretagne

Les 20 kilomètres pour rejoindre Mauron (via Paimpont et Concoret) se sont très bien déroulés. J’ai pris de toutes petites routes de campagne avec très peu de passage. J’ai très peur du trafic routier quand je suis à vélo, je me suis donc concocté un itinéraire vélo sur mesure. Finalement, le plus passant — et le plus stressant — a été les 5 premiers kilomètres : de chez moi au village de Paimpont. Cette route je la déteste autant qu’elle est belle. C’est une route assez passante (ce n’est pas l’autoroute non plus), mais c’est un tunnel vert, 5 km de route en sous-bois assez glissants, de faux plat montant, sans bas côté, avec l’accotement qui s’incline vers le fossé. Plus d’une fois, je me suis fait des frayeurs sur cette route.

Arrivée à Paimpont, le reste du voyage a été un pur délice. Il y a quelques petites côtes pour arriver à Mauron, mais rien d’insurmontable – même pour moi qui déteste les côtes. Je me suis même permis un petit détour près de Concoret pour m’arrêter au chêne à Guillotin. Un chêne millénaire dont je vous parle prochainement.

Après quelques petits arrêts pour vérifier sur ma tablette le chemin que je devais prendre (pas facile de se repérer dans ces petites routes de campagne sans signalisation — et sans GPS — , me voilà arrivée à Mauron.
Mon tracé me faisant arriver vers le sud de la ville et des travaux ayant coupé une route, j’ai dû remonter un peu pour faire une pause casse-croûte sur la base de loisir.

À croire que ce petit détour était écrit à l’avance, car au niveau d’un rond-point de la Zone d’activité de Broceliande, je suis tombée nez à nez avec une copine [mon amie qui m’a accompagnée sur St Guilhem du désert. Je traverse au passage piéton au même moment où elle arrive en voiture ! Elle ne passe jamais par là et moi je devais rejoindre la base de loisir plus haut, comme quoi le destin… Du coup, on prévoit de se revoir la semaine d’après et l’on se programme un long Week-end à Ouessant (photo à venir)

Bref, après ce petit intermède incroyable je me pose sur les bords de l’étang de la Folie pour déjeuner.



je n’ai toujours pas compris ce que faisait ce panneau sur les bords de l’étang !

On est tenté de descendre alors que la voie verte est à droite, rien ne l’indique !

Puis vient le moment de repartir et de trouver le début de la voie verte qui prend officiellement son départ – ou plutôt sa fin — ici.

Je fais deux fois le tour complet du lac sans trouver le chemin, il y a pourtant un panneau qui l’indique, mais rien !

Au bout d’un moment, je commence à perdre patience alors je trouve quelques-uns à qui demander mon chemin, le gentil monsieur m’indique qu’il faut remonter en haut des escaliers (de l’autre coté du lac) et que le départ se fait près des sanitaires sur l’air de camping-car, il me propose de m’accompagner, mais je refuse gentiment, je vois très bien ou cela se trouve, car je suis passée x fois devant !

Rien n’indique le départ de cette voie verte ! Et les panneaux sont complètement trompeurs. Bref
c’est par là !

Début de la voir verte

C’est parti pour 22 km de plaisir pur ! Je vais enfin rouler sur cette fameuse voie verte bretonne, du moins jusqu’à Ploërmel. Je réalise qu’à partir de maintenant, et cela jusqu’à la fin de ma rando, je serai sur un sentier hors voiture. Quelle joie de rouler sans se préoccuper de la circulation !
C’est un pur bonheur de faire du vélo sur les voies vertes pour moi. Et celle-ci tient ses promesses, c’est un des plus jolis sentiers pour vélo que j’ai parcourus, bucolique à souhait, calme, ombragée, parsemée de jolis petits ponts et surtout très plate ! Cela me change vraiment des sorties que je fais près de chez moi !
Le revêtement de cette ancienne voie ferrée est vraiment agréable, lisse et très bien entretenu.


On croise quelques villages, la signalisation est très bonne, on sait toujours exactement ou l’on se trouve. Les chicanes, bien que nombreuses, se passent facilement en restant sur le vélo (même avec les sacoches).





velo-voie-verte-mauron-questembert-18


Le chemin est tellement joli et agréable que je n’ai pas vu le temps passé que me voilà déjà arrivé au lac au Duc de Ploërmel ou je vais faire une petite pause goûter, car mes muscles commencent à en avoir marre, 45 km depuis le départ, je sors de ma zone de confort.

Je pensais faire une pause sur les tables de pique — nique près du Lac, mais le sentier passe bien au-dessus. J’ai la flemme de faire un détour alors je pousse jusqu’à la gare où je sais qu’il y a un espace pique-nique.

Rare moment où la vue est dégagée

Lac aux duc de Ploermel

Ancienne gare de Ploërmel

Il faut quitter la voie si l’on souhaite descendre près du Lac au Duc
Manque de chance, un cirque est sur la place, je trouve tout de même un endroit pour me poser, près d’un chameau !
Je ne m’éternise pas, car l’odeur est assez forte. Il me reste 25 km pour arriver à destination sur une voie que je connais bien pour l’avoir empruntée plusieurs fois. C’est joli, mais l’envie d’arriver commence à être plus forte que celle d’apprécier le paysage.


Peu après la gare, je quitte la voie verte Mauron Questembert pour prendre celle Ploërmel Messac. Description de ma rando sur cette véloroute .

A la croisé de chemin – c’est là que l’on se quitte.

A bientôt Questembert !

Je la quitte avec tristesse, car j’aurai bien continué encore un peu, mais je lui promets que très bientôt je reviendrai ici pour la poursuivre et je pousserai même jusqu’à l’océan.

Le reste du chemin se fait presque en automatique, sans pause, à compter les kilomètres qui me séparent de mon point d’arrivée. Mes muscles commencent vraiment à me faire souffrir.

En route mon esprit vagabonde, et je m’imagine à devoir refaire le même nombre de kilomètres demain — ce qui sera le cas quand je ferai mon périple. Je m’en sens parfaitement capable psychologiquement, plus motivée que jamais. Physiquement aussi finalement puisque le lendemain, je n’ai eu aucune courbature.

Je remarque sur ce dernier tronçon – mais ça je le savais déjà — que je suis vite démotivée quand il s’agit d’un parcours ou d’une rando que je connais déjà.

Alors que ce n’est pas le cas quand je découvre des sentiers. J’ai toujours envie d’ailleurs et de nouveaux chemins.

Ce qui est un très bon augure pour mon futur trip !

Physiquement, ces 70 km se sont très bien passés, je suis pourtant partie avec une sciatique qui m’enquiquine au quotidien, mais que je ne sens pas en vélo !
J’y suis allée tranquillement, je suis partie de chez moi vers 11 h et je suis arrivée à destination vers 19 h ou j’avais donné rendez-vous à mon chéri pour qu’il vienne me récupérer en voiture. De mon point de rendez-vous à chez moi, il reste 10 km que j’aurai pu faire sans problème si cela avait été du plat, le problème c’est que pour rentrer j’ai 10 km de montés sur route. Je n’avais pas la foi de les effectuer cette fois-ci !



Au final, je suis extrêmement contente d’avoir fait ce petit périple de 70 km, c’était quand même un petit challenge pour moi. Les bagages sur mon vélo ne m’ont pas dérangée, même si au début c’est un peu perturbant et change le maniement du vélo, je n’ai pas trouvé que c’était désagréable [mais je ne m’étais pas chargé à fond non plus]. Je suis très contente de ma sacoche de guidon, et surtout de sa contenance. C’était vraiment un vrai confort d’avoir mon reflex à portée de main pour faire des photos.
Par contre, pour mes futures longues randos, il faudrait que je me trouve un plus petit appareil, car il est lourd quand même ce reflex !

Une très belle belle balade que je vous recommence si vous êtes dans le secteur.

À présent, j’attends avec impatience le printemps pour poursuivre ma découverte de cette Voie verte V3, j’ai hâte de rejoindre Questembert et de poursuivre jusqu’à Vannes pour clôturer mon projet de joindre la manche à l’océan avec mon vélo.

Affaire à suivre donc…



Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This